• La geste du sixième royaume

     

    Un très beau coup de cœur. Une très belle plume

     

     

    J’ai découvert ce livre et cet auteur grâce à la Kube. Celle qui contenait ce livre avait pour thème « Le temps pour soi ». J’ai donc pris le temps de lire, m’imprégner et m’absorber dans l’histoire, oubliant le temps qui file à chaque page tournée, oubliant le lieu où je me trouvais pour me plonger dans cet univers … magique.

     

    L'histoire :

    "Cinq royaumes se font la guerre depuis des générations, ils s'unissent enfin pour détruire le sixième situé en leur coeur, une immense forêt sauvage dont on dit qu'elle abrite toutes les créatures des contes et des légendes. Mais voici six personnages aussi différents que l'eau et le feu qui se découvrent les protecteurs du Sixième Royaume. Le roman raconte avec un rythme effréné les destinées de ces héros malgré eux, semées d'embûches, de pièges, de doutes, de découvertes incroyables et de magies insaisissables. Le suspense et la tension y sont remarquablement aménagés, et ceci jusqu'à l'affrontement final."

    La geste du sixième royaume, Adrien Tomas

     

    Mon avis :

    C’est très rare mais cela arrive. J’ai tellement aimé le livre qu’un nouveau personnage est arrivé dans mon esprit. C’est vous dire à quel point cet ouvrage a eu un impact en moi ! Je vous en parlerai, j’écrirai bientôt sur Eïlia, lorsque je l’aurai « apprivoisée ».

    Revenons à nos moutons. 

    En règle générale, je commence toujours un livre en lisant la dernière page ou le dernier paragraphe. J’ai résisté jusqu’à la moitié de l’histoire avant de céder à la tentation.  Je vous avoue que j’ai commencé en étant assez septique, j’ai eu beaucoup de mal à accrocher à l’histoire, mais j’ai persévéré et heureusement ! J’ai adoré ce livre.

    J’ai aimé que l’on suive le déroulé des évènements dans chaque camp. Nous connaissons toutes les stratégies et manigance de chaque « équipe ». Nous savons tout, ou presque. En effet, le suspens est très bien distillé tout au long de l’histoire et ce n’est qu’à la fin que le puzzle se met en place et que l’on comprend vraiment toute l’histoire et les enjeux de cette guerre.

    Les personnages sont très attachants. On rit, on pleure, on angoisse avec eux. J’ai eu beaucoup de mal à les laisser partir… 

    Adrien Tomas a une très belle écriture, fluide et surtout enivrante ! Si au début je me suis un peu perdu avec la multitude des personnages, au fil des pages, j’ai fini par arriver à les distinguer et à connaître leur histoire sans m’emmêler les  neurones. 

    La geste est judicieusement divisée en quatre livres : l’appel, le rassemblement, la guerre, la chute. Et ces parties sont elles mêmes découpées en plusieurs courts chapitres, qui donnent un rythme rapide, un rythme de guerre. Chaque chapitre porte le nom d’un personnage important de l’histoire, ce qui nous permet de savoir de qui on va parler et également dans quel camp on se situe. 

    J’ai un peu été déçue par la fin. Elle est arrivée trop vite. Bien que ce soit une fin « heureuse », tout n’est pas rose pour autant. Pour certains personnages, les choses se terminent bien. Mais  pour d’autres, il va leur falloir vivre avec leurs blessures, la perte d’êtres chers. Une fin heureuse, certes mais comme dans la vraie vie, tout n’est pas rose. Et ça c’est une fin digne d’un bon roman !

     

    La geste du sixième royaume, Adrien Tomas

     

     

    694 pages intenses !!

     

     

     

     

     

    « Les histoires ne sont pas faites pour être crues (…). Elles sont faites pour emporter les esprits loin de la réalité, pour les faire rêver, les faire réfléchir ».

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :